Qu’est-ce que le design circulaire

Difficile de passer à côté des sujets liés à la transition écologique : entre les interventions sur « le monde d’après » et les travaux de la convention citoyenne pour le climat, les enjeux liés à l’environnement deviennent omniprésents. Et pour cause : tout le monde sait maintenant que nous surexploitons nos ressources naturelles (nous consommons plus que ce que la terre peut produire). Ce problème est d’autant plus alarmant que nous sommes de plus en plus nombreux sur la planète, et que tout le monde aspire à notre modèle de confort occidental extrêmement polluant.

Une méthodologie au service de l’économie circulaire

L’une des solutions pour traiter cet enjeu est de nous convertir à l’économie circulaire.

Ce concept s’oppose à l’économie linéaire que nous connaissons actuellement : extraire des matières premières – produire– consommer – jeter. L’économie circulaire, au contraire, vise à fonctionner en circuit fermé : l’objectif est de faire en sorte d’utiliser en permanence les mêmes matières premières et de ne pas générer de déchets. Pas évident … C’est comme cela qu’est né le Design Circulaire : une méthodologie d’innovation déclinée du Design Thinking, qui prend en compte le respect  de l’environnement pour imaginer ou repenser ses offres.

Ainsi, lorsque l’on fait du Design Circulaire, on cherche à concilier le besoin de l’utilisateur, la faisabilité technique, la rentabilité (les 3 piliers de toute innovation) + le respect de l’environnement.

Rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme

Le Design Circulaire est donc avant tout un état d'esprit dont découle une méthodologie, qui s’appuie sur plusieurs outils d’innovation. Mais avant de les utiliser, il faut bien comprendre l’objectif de ce que l’on cherche à atteindre. Pour se positionner dans une boucle circulaire, il faut bien entendu se poser la question de la conception de son produit : 80% de l'impact environnemental d'un produit est déterminé lors de sa conception. Il faut donc non-seulement bien choisir ses composants mais aussi faire de l’éco-conception, c’est-à-dire imaginer dès le départ ce qu’il arrivera à notre produit lorsqu’il ne sera plus utilisé. Tout l’enjeu est de faire en sorte de pouvoir utiliser les composants le plus longtemps possible et avec un impact le plus faible possible, notamment en termes de consommation d’énergie.

On cherche donc à :

-         Réduire la production en partageant par exemple l’usage d’un même produit ou en transformant un produit en service, pour diminuer la consommation de matières premières et d’énergie

-         Réduire le nombre de composants de nos produits, surtout ceux qui sont rares ou qui fonctionnent en alliages impossibles à dissocier

-         Faire en sorte de pouvoir Réparer, ce qui implique de s’assurer que les composants nécessaires seront bien disponibles et que le produit sera facilement démontable (donc que les pièces ne seront par exemple pas collées entre elles …)

-         Réutiliser les matières premières, soit pour d’autres produits identiques, soit pour de nouveaux types de produits (upcycling et downcycling)

Le recyclage est la dernière alternative car elle nécessite une utilisation importante d’énergie et implique forcément une déperdition de matière et/ou de qualité.

En fait il s’agît d’appliquer le fameux « Rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme », appris lors de nos cours de chimie, ce qui est exactement ce qui se passe dans l’écosystème naturel de la nature.

Repenser l’entreprise à 360°

Faire du Design Circulaire, c’est donc (re)penser son offre avec une vision à 360° pour prendre en compte l’ensemble de son écosystème et toutes les dimensions de son entreprise afin de réduire l’impact à tous les niveaux.

Et la bonne nouvelle, c’est que le Design Circulaire ne s’applique pas seulement aux produits (ceux que l’on peut toucher), mais aussi aux services et à l’ensemble de son organisation. On peut ainsi repenser les lieux de travail, les déplacements, la restauration, le numérique, …

Et l’autre bonne nouvelle, c’est qu’en repensant son entreprise en prenant en compte les enjeux environnementaux, l’impact est également business (un rapport réalisé par McKinsey montre que la réduction de la consommation de matières premières permettrait aux entreprises d'économiser annuellement plus de 240 milliards de dollars en Europe) et social, puisque préserver notre planète, c’est mieux vivre maintenant et dans le futur, en priorité pour les plus défavorisés.

De nombreuses entreprises se sont lancées dans cette transformation, soutenues par des fonds qui misent de plus en plus sur ce type d’investissements durables.

N’attendons plus pour adopter le Design Circulaire !